••• 'Attar Hallâj Rûmî Hâfez Mohammad Iqbal André Malraux Louis Massignon Nezâmî Henry Corbin René Guénon Mounir Hafez Armel Guerne Alain Daniélou •••
soufisme orientalisme ésotérisme mystique
spiritualité orientale philosophie arabe mystique musulmane

Petite anthologie occidentale/orientale

 

 

simorg
soufisme orientalisme ésotérisme mystique

 


soufisme orientalisme ésotérisme mystique
FARÎD-UD-DÎN ‘ATTAR

'Attar
Le Simorg

 

«



«
«
«
«
«

Discours de la huppe aux oiseaux

« Nous avons un roi légitime, il réside derrière le mont Câf [1]. Son nom est Simorg ; il est le roi des oiseaux. Il est près de nous, et nous en sommes éloignés. Le lieu qu’il habite est inaccessible, et il ne saurait être célébré par aucune langue. Il a devant lui plus de cent mille voiles de lumière et d’obscurité. Dans les deux mondes [2], il n’y a personne qui puisse lui disputer son empire. Il est le souverain par excellence ; il est submergé dans la perfection de sa majesté. Il ne se manifeste pas complètement même au lieu de son séjour, auquel la science et l’intelligence ne peuvent atteindre. Le chemin est inconnu, et personne n’a assez de constance pour le trouver, quoique des milliers de créatures le désirent. L’âme la plus pure ne saurait le décrire, ni la raison le comprendre. On est troublé, et malgré ses deux yeux, on est dans l’obscurité. Aucune science n’a encore découvert sa perfection, aucune voie n’a encore aperçu sa beauté. Les créatures n’ont pu s’élever jusqu’à son excellence ; la science est restée en arrière, et l’œil a manqué de portée. C’est en vain que les créatures ont voulu atteindre avec leur imagination à cette perfection et à cette beauté. Comment ouvrir cette voie à l’imagination, comment livrer la lune au poisson ? Là des milliers de têtes seront comme des boules de mail ; on n’y entendra que des exclamations et des soupirs. On trouve tour à tour dans ce chemin l’eau et la terre ferme, et l’on ne saurait se faire une idée de sa longueur. Il faut un homme au cœur de lion pour parcourir cette route extraordinaire ; car le chemin est long et la mer profonde. Aussi marche-t-on stupéfait, tantôt riant, tantôt pleurant. Quant à moi je serais heureuse de trouver la trace de ce chemin, car ce serait pour moi une honte que de vivre sans y parvenir. À quoi servirait l’âme, si elle n’avait un objet à aimer ? Si tu es un homme, que ton âme ne soit pas sans maîtresse. Il faut un homme parfait pour un tel chemin, car il doit savoir introduire son âme à cette cour. Lave-toi bravement les mains de cette vie, si tu veux être appelé un homme d’action. À quoi servirait la vie, si on ne l’aimait pas ? Pour ta bien-aimée, renonce à ta vie chérie, comme les hommes dignes de leur vocation. Si tu livres gracieusement ton âme, tu mériteras que ta bien-aimée te sacrifie sa vie. »

Première manifestation du Simorg

Chose étonnante ! ce qui concerne le Simorg commença à se manifester en Chine au milieu de la nuit. Une de ses plumes tomba donc en Chine, et sa réputation remplit tout le monde. Chacun prit le dessin de cette plume, et quiconque la vit prit à cœur l’affaire. Cette plume est actuellement dans la salle des peintures de la Chine, et c’est pour cela que le Prophète a dit : « Allez à la recherche de la science, fût-elle à la Chine [3]. » Si la manifestation de cette plume de Simorg n’avait pas eu lieu, il n’y aurait pas eu tant de bruit dans le monde au sujet de cet être mystérieux. Cette trace de son existence est un gage de sa gloire ; toutes les âmes portent la trace du dessin de cette plume. Comme sa description n’a ni commencement ni fin, il n’est pas nécessaire de dire à ce sujet plus que je le fais. Maintenant, vous qui êtes les hommes du chemin, abordez cette route et placez-y le pied.

»



Farîd-ud-dîn ‘Attar,
Le Langage des oiseaux, traduction Garcin de Tassy,
« La Bibliothèque persane », éditions Sindbad, 1982, pp. 48-50.

 

 

Le Simorg – © J.M., D'Orient et d'Occident.

 

[1] Selon la tradition musulmane, la montagne de Qâf encercle le monde terrestre. « Le mont Qâf, écrit Mounir Hafez, est une montagne mythique, bien établie dans le monde spirituel de l’Islam, qui permet la transparence de l’âme. » (Mounir Hafez, « Le Langage des oiseaux », Terre du Ciel, n° 47, 1998/1999.)
[2] Visible et invisible.
[3] Hadîth [Garcin de Tassy orthographie ce terme hadîs].

 

 

bouton_anthologie
Découvrir le sommaire raisonné
de la Petite anthologie occidentale/orientale.
Cliquez ici.

 

••• 'Attar Hallâj Rûmî Hâfez Mohammad Iqbal André Malraux Louis Massignon Nezâmî Henry Corbin René Guénon Mounir Hafez Armel Guerne Alain Daniélou •••
soufisme orientalisme ésotérisme mystique pères du désert
spiritualité orientale philosophie arabe mystique musulmane
Perse Iran Arabie Pakistan Inde Maghreb Égypte

Permalien

INTEXTE
INTEXTE

L'Orient désigne le monde spirituel
qui est l'Orient majeur auquel se lève
le pur soleil intelligible,
et les « Orientaux » sont ceux dont la demeure intérieure reçoit
les feux de cette éternelle aurore.
INTEXTE
Henry Corbin

INTEXTE
derviches_logo

JEAN MONCELON
COLLECTION
La collection
« D'Orient et d'Occident »
est dirigée par
Jean Moncelon
aux éditions InTexte

JEAN MONCELON
logo_site_menu

INTEXTE
INTEXTE
Jean Moncelon
a fondé et anime le site

D'Orient et d'Occident
www.moncelon.com

D'ORIENT ET D'OCCIDENT
D'ORIENT ET D'OCCIDENT

 

NOUVEAU
Achat en ligne
sur le site

Cliquez ici.

 

 

 

 

bouton_anthologie
Découvrir le sommaire raisonné
de la Petite anthologie
occidentale/orientale
.
Cliquez ici.

Rechercher